L'école West World

Au cœur du désert Californien, un ranch prépare chaque année une vingtaine d’étudiants aux grandes universités américaine. Un cursus atypique et sélectif qui allie études et travaux manuels.
24/11/2016

Deep Springs College est une classe prépa, perdue dans le désert californien, qui sur deux ans permet à une quinzaine d’étudiants d’intégrer les plus prestigieuses universités américaines. Elle était le sujet d’un reportage diffusé dans « Sept à huit » dimanche 20 novembre, sur TF1.

 

Des sciences politiques aux sciences naturelles, en passant par le droit et la philosophie, la force et l’originalité du cursus repose avant tout sur son large panel de matières abordées et de compétences requises. Alors que les matinées sont scolaires, les étudiants doivent également consacrer 20 heures par semaines, généralement l’après-midi, aux travaux de labourage. Ces compétences exigées leur donnent le droit de sélectionner leurs professeurs, parmi les réputés du pays.

 

Pour développer leur sens de l’autonomie et de l’entreprenariat, la plupart des décisions administratives sont prises au sein du comité des étudiants et votées à main levé. Les courses sont aussi effectuées par les élèves dans la ville la plus proche, à plus de 60 kilomètres.

 

Fondée en 1917, Deep Springs College était initialement réservée aux garçons, et… c’est toujours le cas. Perçues comme une distraction pour les hommes, les filles n’y sont toujours pas les bienvenues, et ce malgré l’incompréhension des élèves à ce sujet. Pour ne pas porter une image discriminante et sexiste, l’établissement n’hésite pas sur son site, à mettre en lumière la diversité des étudiants sélectionnés. « 30% de non-blancs », « 11% de LGBT », on peut également y lire « nous ne discriminons pas les religions, origines, nationalité (…)». Dérangeant de savoir que même dans le système éducatif ces étudiants sont catalogués.

 

Par Samuel Oberman, 19 ans, étudiant en journalisme.

 

 

Rechercher

×