Musique et com, l'appât du buzz !

Aujourd'hui, le monde de la musique vit une véritable révolution... dans sa manière de communiquer ! Et oui, entre albums surprise aux sorties ultra maitrisées ou fake leaks, la viralité a pris le dessus.. Twenty s'est penché sur le phénomène !
03/06/2017

 

 

Cela fait quelques années que l'on observe que la musique est en train de faire sa révolution. Outre l'aspect musical à proprement parler, c'est la communication autour de cet art qui évolue. Fini le temps ou les albums étaient annoncés en grande pompe et les publicités placardées un peu partout. Non, maintenant, pour faire vendre et faire parler, l'industrie musicale et principalement les artistes les plus « bankables » préfèrent l'effet de surprise et/ou d'exclusivité. L'afflux d'artistes, internet, la mutation des comportements face aux œuvres, l'accessibilité infinie des contenus et les nouveaux modes de consommations que cela engendre… Tout cela fait qu’aujourd’hui, les artistes semblent, devoir surprendre pour vendre, au-delà de la musique en elle-même. 
 

L’illustration la plus évocatrice de cette nouvelle méthode de communication date de 2013. En effet, nous sommes le 13 décembre lorsque Beyoncé, sort son album éponyme. Aucune annonce, aucune fuite. L’album apparait sur Itunes, secouant le monde de la musique mainstream et cassant internet. Les réseaux sociaux illustrent ce déferlement avec plus d’un million deux-cent milles tweets en douze heures. Mieux encore, Beyoncé se classe numéro un  des ventes en un temps records et dans plus d’une centaine de pays. Plus de cinq cent milles copies vendus en une nuit, soit l’un des plus gros démarrages de l’histoire sur Itunes. Impressionnant. Depuis, les albums surprises se sont enchainés, des records ont été battu et le buzz assuré. Frank Ocean, Kendrick Lamar ou David Bowie (paix à son âme) ont adopté la technique. 
 

En plus de cette « mise à disposition surprise », les artistes sont aujourd'hui adeptes des contrats d'exclusivité avec les plateformes de streaming. iTunes pour certains, Tidal pour d'autres. Il faut tout d'abord dire que le streaming musical, ne s’est jamais aussi bien porté. En effet, des centaines de millions d'utilisateurs consomment la musique via des services tels que Spotify ou Apple Music. Ainsi, nous pouvons comprendre l'importance pour les artistes,  de se concentrer sur ce nouveau mode de mise à disposition. Ce qui d'ailleurs, a de quoi faire peur aux maisons de disques.

 

En effet, par le biais des services de streaming, les artistes commencent à prendre leur indépendance. En décidant de jouer sur l‘exclusivité, Frank Ocean a par exemple délaissé sa maison de disque au dernier moment en signant un accord avec Apple pour une sortie en exclusivité sur Itunes et Apple Music de son album Blonde. Oui, car les artistes n'ont plus besoins d'opérations de communication traditionnelles. Ils font un album tout seul et le propose aux nouveaux géants de la musique digitale, cela donne à l'artiste une liberté totale, un buzz important et permet, à la société qui détient l'exclusivité, étant la seule à proposer l'album, de voir ses chiffres augmenter de façon conséquente.

 

Ces nouveaux modes de commercialisations semblent aujourd'hui primordiaux. Cela s'explique par la façon dont notre génération consomme. Avec le streaming, internet, les réseaux-sociaux, nous avons accès à tout et instantanément. Nous ne sommes plus prêts à attendre, nous sommes une génération qui swipe, toujours dans l'immédiateté. Et pour cause, il est aujourd'hui facile et naturel de passer à autre chose de façon très rapide. D'un genre à un autre, d'un artiste électro à un groupe de rock. Tout va plus vite. En sortant un projet surprise, les artistes tentent de nous attirer, de faire le buzz. Maintenant, pour faire vendre, il faut faire parler. On peut se demander si cela permet réellement d'installer un projet musical sur le long terme, d'en faire des œuvres qui marquent le temps de façon pérenne. En même temps, ce n'est plus ce que les artistes recherchent. Ici, ce qui compte, c’est faire parler et vendre rapidement, de façon intensive. On peut d'ailleurs le voir, il est évident que les ventes sont incroyables durant les premières heures, les premiers jours, puis se cassent la gueule ensuite.
 

 

Syndrome d'une époque, la communication musicale n'a jamais été aussi remise en question. Les acteurs de ce domaine, doivent sans-cesse avoir un coup d'avance, trouver la meilleure façon pour se démarquer, gagner de l'argent et faire parler d'eux. Mais dans tout ça, qu’en est-il vraiment de la musique ?
 

 

Par Arthur Lefebvre, étudiant

Rechercher

×