Walt Disney : regarde les femmes changer

De Blanche-Neige à Vaiana, les personnages féminins de Disney ont bien changé. Une évolution en accord avec celle du statut de la femme dans la société ?
26/12/2016

Dans Vaiana : la légende du bout du monde, la jeune fille part à la recherche d’une île légendaire aux côtés d’un demi-dieu. Téméraire et ambitieuse, le profil du nouveau personnage féminin de Disney est à des années lumières de celui des premières grandes figures du célèbre studio d’animation à l’image de Blanche-Neige ou de Cendrillon. 

L’homme à l’origine de ces polémiques sur les premières princesses n’est autre que Walter Disney lui-même. Après une enfance modeste et une difficulté à promouvoir ses films d’animations, le père de Mickey fonde la Walt Disney Company en 1923. Fervent conservateur, il entretient une étroite relation avec plusieurs dirigeants nazis. Lors d’une visite en Allemagne, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le premier long-métrage des studios Blanche-Neige et les Sept-Nains est projeté à certains dirigeants et devient rapidement le film favori d’Hitler. Attaché à ses valeurs puritaines et passionné par la littérature européenne, Disney reprit notamment les contes de Perrault et de Grimm pour ses premiers longs métrages. Son souhait était donc de transposer la culture européenne aux normes de la société américaines et aux codes du cinéma hollywoodien de l’époque. 

 

Ceci peut expliquer l’identité des premiers personnages de son oeuvre. Blanche-Neige ou Cendrillon sont présentées comme de belles femmes, blanches, inspirées de la classe moyenne américaine et qui ne s’émancipent qu’à travers le regard des hommes. Souvent réduites au statut de princesse, servante, épouse ou mère, elles ne bénéficient pas d’une aussi grande variété de rôles que les hommes. Dans les années 1950, Simone de Beauvoir était déjà préoccupée par le sujet : La jeune fille  « apprend que pour être heureuse, il faut être aimée ; pour être aimée, il faut attendre l’amour. La femme c’est la Belle au Bois Dormant, Peau d’Âne, Cendrillon, Blanche-Neige, celle qui reçoit et subit. »

À partir de la fin des années 80, les Studios Disney commencent à s’ouvrir à d’autres cultures et mettent en scène des figures féminines non occidentales. Les personnages tels que Mulan, Jasmine ou Pocahontas ne répondent plus aux critères physiques stéréotypés des premiers films et leur identité se complexifie. Mais, la plupart d’entre elles ont encore un destin guidé par leur amour pour un homme et leur entourage se compose principalement de figures masculines. 

Dans La Petite Sirène, l’entourage d’Ariel est composé du prince Eric, de son père, du poisson Polochon et du crabe Sébastien. De son côté, Mulan, qui se fait passer pour un homme, est entourée de son dragon Mushu et de ses compagnons de l’armée. Jasmine, dans Aladdin se retrouve elle aussi dans un cas de figure similaire. 

Les critiques ont bien insisté, Vaiana n’est pas une princesse. Mais à l’instar des autres héroïnes passées, elle incarne une forme de féminisme, en accord avec son temps.  

Par Samuel Oberman, 20 ans, étudiant en journalisme.

Rechercher

×