Call me by your name, le désir ado à fleur de peau

Film d'apprentissage entre deux jeunes garçons qui s'éveillent au trouble amoureux, Call me by your name touche en plein coeur. Critique.
02/03/2018

 

            Call me by your name, sorti mercredi en salles, est un film d’apprentissage réalisé par Luca Guadagnino et adapté du roman d’André Aciman. 1983, c’est l’été, comme à son habitude Elio (Thimothée Chalamet), 17 ans, passe ses vacances dans la villa de ses parents en Italie du Nord. Il est le fils unique de parents bourgeois, intellectuels et cosmopolites. Les jours et les nuits se ressemblent, elles sont faites de balades à vélo, de jus d’abricots, de soirées dansantes et de flirt avec sa copine Marzia (Esther Garrel). Cette monotonie estivale va être troublé par l’arrivée d’Oliver (Armie Hammer), jeune professeur de philosophie qui assiste le père d’Elio, spécialiste en culture greco romaine, dans ses recherches.

 

            C’est dans la chaleur ardente de l’été italien que se réunissent ces deux êtres. Elio l’adolescent érudit, musicien, à la beauté pure et innocente rencontre Oliver au charme insolent et à la beauté brutale. Entre eux va naitre et croitre un attrait réciproque, un désir discret, d’abord imperceptible et caché. Call me by your name rend merveilleusement compte de ce qu’est le désir avant d’être mis en mot : une dialectique intime faite d’ineffable, de gestes implicites et de propos allusifs. Oliver mène la danse et souffle le chaud et le froid pendant qu’Elio transfère son désir sur Marzia.

 

 

            Elio est à l’âge des premiers émois, il avoue à Oliver qu’en dépit son intelligence et son érudtion il ne connait pas « les vraies choses de la vie ». Son désir a la brutalité et la maladresse propre aux amours naissantes. Il est habité par ce trouble étrange et inconnu et porté des émotions contradictoires.

 

            Le farniente, les paysages et la chaleur lourde nous transportent dans une sensualité manifeste. Luca Guadagnino érotise leurs corps dénudés par une maitrise des cadres et des couleurs. Call me by your name est porté par l’interprétation de Timothée Chalamet, nouvelle coqueluche d’Hollywod, également à l’affiche de Lady Bird, en lice pour les oscars. C’est tout ce qu’on lui souhaite ! 

 

Par Alix Welfing

Rechercher

×