Gérardmer 2019 : c'est l'horreur !

Zoom sur le fameux festival du film fantastique par Lisa, notre envoyée spéciale sur le front de l'épouvante.
01/02/2019

 

 

Nichée dans les Vosges, la petite commune de Gérardmer (9000 habitants) est surtout connue pour ses pistes skiables mais depuis 1994, elle abrite tous les hivers le Festival du Film Fantastique. Après le thème des masques du fantastique l’an dernier où le jury de Mathieu Kassovitz avait remis le Grand Prix au film Ghostland du français Pascal Laugier (rien que d’y penser on en a encore des sueurs froides), la 26 ème édition s’offre en co-présidents du jury le duo de réalisateurs français Gustave Kervern et Benoît Delépine ( Mammuth, le Grand Soir, I Feel Good,…) et sa thématique : la peur, mère des colères. Le festival promet de se nourrir de nos inquiétudes contemporaines en nous proposant un large sélection de films venu des quatre coins de la planète allant du film de siège à la fable écologique à tendance apocalyptique en passant par le simple jeu jouissif de massacre. On a hâte de plonger nos dents dans la cuvée 2019.

 

En marge de la dizaine de films en compétition et de la dizaine de films hors-compétition, le festival propose une compétition de court-métrages, dont le jury est présidé cette année par Julie Ferrier. Cette année, il rend un double hommage au réalisateur américain et inclassable Eli Roth ainsi qu’au prolifique acteur allemand Udo Kier. Le festival ajoute une tentacule à sa sélection en se dotant d’une section Rétromania qui propose des films cultes du patrimoine fantastique en version restaurée (cette année Le Renne Blanc, La Rose Ecorchée et Maniac) tout en continuant à proposer des Nuits Blanches, ici sous le signe de l’Ozploitation (cinéma australien de genre).

 

 

 

C’est le film Escape Game qui ouvre le bal de la terreur et de l’angoisse.On en attend beaucoup du film de SF Aniara, qui donne son nom à un vaisseau spatial dans lequel les humains doivent voyager pour rejoindre Mars, après avoir épuisé toutes les ressources de la Terre.On mise également sur le barré Puppet Master : The Little Reich où des marionnettes nazis tueuses prennent le contrôle ainsi que Await Further Instructions, soit un jeu de massacre dans une maison pour les fêtes de Noël. La surprise pourrait venir du film de zombie allemand Endzeit- Ever After.

 

 

 

Dans la sélection hors-compétition on mise tout sur le psychédélique Mandy (déjà présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes 2018) avec l’irréductible Nicolas Cage qui nous promets un voyage riche et mouvementé. On jettera un œil sur l’argentin Meurs, Monstre, Meurs (déjà présenté à Un Certain regard à Cannes 2018) où dans la Cordillère des Andes, le corps décapité d’une femme est le point de départ de l’intrigue. Il est également question d’enquête dans Dachra où une journaliste tente d’élucider une affaire de sorcellerie dans la campagne tunisienne. On reviendra inlassablement au film de zombie avec Zoo où un couple brisé par l’incapacité de concevoir va se retrouver confiné dans son appartement,alors que dehors la menace mort-vivante gronde.

 

 

 

 

Pour ceux qui aimeraient découvrir la sélection à Paris après le festival, les films de la Compétition seront repris à la Cinémathèque française du 6 au 10 février 2019. Pour les autres il faudra attendre patiemment une sortie salle, dvd ou sur des plateformes de streaming.

 

 

Lisa Durand

 

 

Rechercher

×