Guide de survie en période de Coupe du monde

Le premier match de la coupe du monde se déroulait hier soir. Une Twenty vous donne quelques tips pour survivre à l'enfer d'une telle période, que vous soyiez seul ou en couple, fana de foot ou plutôt indifférent à la chose.
15/06/2018

 

 

 

A tous les malheureux dont l’éducation n’a pas inclut crampons et crachats sur pelouse dès leurs 7 ans, à toi qui, pendant 1 mois, ne pourra pas sortir boire un verre sans la marseillaise en fond sonore, ou à toi, maquée, qui t’apprêtes à mettre ton couple à l’épreuve, voici un aperçu de ce qui t’attend en cette période de Coupe du Monde. 

 

Le 14 juin 2018 marquera le commencement d’une période florissante pour les bars les plus miteux de Paris, l’épreuve de la télécommande pour les couples les plus solides, et surtout, l’occasion pour les discriminés permanents de nous étaler des tartines de parité, même dans le foot, au motif que « le foot n’est pas qu’un sport d’homme ».

 

Rappel pour les femmes (cf. Sexisme) : La Coupe du Monde de Football 2018 est la 21ème édition de cette compétition organisée par la FIFA (Fédération internationale de football association). Celle-ci réunit les meilleures sélections nationales et se déroulera cette année en Russie jusqu’au 15 juillet. 

 

Cet évènement sera aussi sans doute l’occasion pour nos élites européennes d’apprendre le nom de nouvelles villes russes, autres que Moscou et Saint Petersbourg, de se rappeler que la Russie n’est plus l’URSS depuis le 26 décembre 1991, et qu’il peut faire plus de 20 degrés, même en été.

 

En bref, 210 phases qualificatives, 32 équipes et une seule télécommande. 

 

 

Reportage.

 

En cette période où seul le Foot partagera votre quotidien, l’usage veut que la jeune demoiselle qui partage votre quotidien, « Bébé », diminutif de plan B, vous fasse de la place sur le canapé et aille boire un verre avec ses copines. Vos potes arrivent, armés de packs de bières, de leur catalogue Panini, scrupuleusement rempli en amont. Non vous n’êtes pas des enfants mais des patriotes, tout comme Bébé passe avant tout le reste, sauf peut-être votre amour de la patrie. 

 

90 minutes voilà ce qui vous sépare : une comédie romantique avec Patrick Dempsey pour les unes et un match sans prolongations pour les autres.

 

Oui la Coupe du Monde a ceci de jouissif qu’elle est l’occasion de faire des vannes sexistes sans craindre le pugilat ou un shampoing au beurre de parité. Les hommes adoreront vous rappeler, mesdames, que votre place n’est pas dans ce sanctuaire du crampon, tout comme mesdames adorerez pouvoir, au détour d’un cocktail, rappeler à vos copines que a) vous êtes en couple b) que votre mec est un énorme beauf mais c) vous pouvez vous le permettre puisqu’il est à vous. 

 

Bien entendu, les erreurs génétiques existent, et les féministes du foot peuvent se pointer. Là c’est foutu. Sous couvert d’adorer  le foot depuis sa plus tendre enfance - bonus histoire touchante avec le père - Bébé s’incrustera, flattée de faire la dure. D’où l’intérêt du célibat en période de Compétition, et donc l’avantage évident dont les moches détiennent le monopole.

 

De là, deux options : soit Bébé a eu l’élégance d’apprendre les règles du foot avant la Coupe du Monde soit vous êtes bon pour un « pourquoi le type là il a attrapé le ballon avec les mains ? ». 

 

Car oui, au delà du fait que Bébé vous est, par nature, inférieure, la Coupe du Monde requiert un professionnalisme exemplaire de sorte que tout commentaire sur les yeux bleus de Griezmann, ou sur le fait que ça n’est finalement que du foot et qu’ils sont trop payés à courir derrière un ballon, ne peuvent être tolérés sous votre toit. 

 

(Ce professionnalisme qu’on retrouve rarement dans votre façon de faire la vaisselle.)

 

 

Mais d’ailleurs Bébé ne dit pas que des conneries. Peut-être a-t-elle songé aux retombées économiques délirantes de cette Coupe du Monde, qui détermineront le prix des transferts des joueurs pour le Mercato d’automne ; qu’on assiste à une inflation de la valeur pécuniaire de ces derniers ; que Neymar et Pogba doivent, étant donné leur prix, être en mesure de tout acheter même l’amour ; qu’au fond le timing est parfait pour faire exploser ces mêmes prix. Et peut être même que Bébé se souvient qu’il y a dix ans le plus gros transfert était celui de Ronaldo (100 millions d’euros) tandis qu’aujourd’hui Neymar se vend 220 millions et demain 400.

 

Oui : Bébé a, elle aussi, Google.

 

C’est d’ailleurs l’outil qui lui a permis de découvrir les palmes sexistes de cette Coupe du Monde, qu’elle a pris bien entendu avec humour, avant de les envoyer à Chéri, qui lui, a beaucoup, beaucoup ri.

 

Rassurez-vous mesdames vous n’êtes pas les seuls boulets à ne pas comprendre pourquoi Neymar joue avec le Brésil et pas avec la France. A confondre Matuidi et Kante (déjà vous savez les nommer), ou pourquoi Ronaldo ne joue pas avec le Réal.

 

Car il existe certains irréductibles que vous croiserez également dans un coin de bar qui sent la bière, accompagné de ses amis, eux footeux, lui, dans l’obligation de suivre la meute s’il veut espérer conserver un semblant de vie sociale. 

 

 

Car au fond, qui sont les vrais puristes ? 

 

Ceux pour qui la coupe du monde 98 était inégalable alors qu’ils avaient 1 an.

 

Ceux pour qui la France ne pourra jamais, jamais, faire mieux.

 

Ceux pour qui Zidane est le héros d’une vie.

 

Celles qui, pour Zidane, auraient donné une nuit.

 

Par Alix L'hospital

 

Rechercher

×