Brûlons nos idoles ! #6 L'Abbé Pierre était-il antisémite ?

Derrière une image de façade impeccable, les icônes de notre temps dissimulent souvent de sombres secrets que Twenty, par gout de la vérité, a décidé durant tout l'été de vous révéler. Sixième victime de ces portraits à charge : l'Abbé Pierre
11/08/2017

 

L’abbé Pierre est le visage de la générosité. Celui qu’on surnommait « le père » était un homme infiniment bon, juste. Toute sa vie, il aura plaidé la cause des défavorisés et des démunis, en créant par exemple l’association Emmaüs. Mais alors, qu’est ce qui peut bien ternir son image si rayonnante ?

 

 

Amitié avec Roger Garaudy

 

Roger Gauraudy (1913-2012) est un politicien et philosophe français. Il est connu pour sa pensée révisionniste. Il sortira d’ailleurs en 1996 « Les Mythes fondateurs de la politique israélienne » : selon lui, l’extermination des juifs par les nazis est un mythe sioniste. Cet ouvrage deviendra une référence pour tout le mouvement négationniste.

 

Le lien entre ces deux hommes ? L’amitié.

 

Garaudy et l’abbé Pierre entretiennent de forts liens depuis les années 50, quand l’un était l’interlocuteur de l’autre au bureau politique PCF. Lors de la sortie de ce livre, en 1996, l’Abbé pierre envoie à son ami une lettre caution de 5 pages, diffusé dans la presse. Dedans, il demande que les positions négationnistes de Roger, animé par la « passion du vrai » soient débattues. Son soutien pour Garaudy choque, déçoit, consterne. On cherche des excuses au vieil abbé : « il est atteint de gâtisme ». Il n’empêche, Gaurady sera condamné en 98 pour contestation de crimes contre l’humanité, diffamation raciale et provocation à la haine raciale.

 

Cette affaire ne ressortira que très brièvement en 2007, lors du décès de l’abbé. Le consensus commun veut qu’on ne salisse pas la mémoire d’un grand homme avec, ce qui reste considéré aujourd’hui comme le « dérapage d’un vieil homme manipulé ». 

 

 

Par Menez Lydia, étudiante, 21 ans

Rechercher

×