Love Army : les influenceurs sont-ils les nouveaux humanitaires ?

En se mobilisant pour la cause des Rohingyas, Jérôme Jarre et sa Love Army de célébrités en tous genres a réussi a collecter un million de dollars en à peine 24 heures. Zoom sur une charity-initiative 3.0 qui n'a pas manqué de susciter les critiques.
04/12/2017

 

 

Sauf si vous vivez en ermite, l’appel à la mobilisation de la « Love Army » n’a pas pu vous échapper. Cette campagne de sensibilisation menée par plusieurs influenceurs sur les réseaux sociaux dont Facebook, Twitter et Insta a été relayée maintes fois par les internautes, suscitant l’intérêt des médias.

 

Au cours de la soirée du lundi 27 novembre, plusieurs personnalités, connues du monde de la musique, du cinéma ainsi que par leurs chaines YouTube, ont chacune leur tour diffusé sur leurs comptes respectifs une vidéo les présentant dans un vaste camp de réfugiés Rohingyas.

 

Pour rappel, depuis la fin du mois d’août, cette minorité musulmane de Birmanie, vivant principalement dans l’État de Rakhine, subit les représailles de l’armée suite à l’attaque de postes de police par l’ASRA (Armée du Salut des Rohingyas de l’Arakan). Considérée comme une organisation terroriste par le gouvernement, cette milice réclame des droits pour les Rohingyas. Majoritairement bouddhistes, la population birmane méprise profondément cette communauté. Une attitude encouragée dans cette voix par des discours de moines extrémistes. Depuis 1982, les Rohingyas sont apatrides. Qualifiés de migrants illégaux, ceux-ci n’ont donc aucune existence auprès des administrations de leur propre pays et ne possèdent aucun droit. Persécutés par les autorités birmanes (villages brulés, exécutions, viols) plus de 600 000 Rohingyas ont fuit pour atteindre le Bangladesh, pays voisin, rapidement dépassé par l’afflux de refugiés. Depuis, cette communauté s’entasse dans des camps de fortune exposés à l’insécurité et à des risques sanitaires. De nombreuses ONG, présentes sur place, tentent de faire face à cette nouvelle crise humanitaire.

 

 

 

 

Omars Sy, DJ Snake, Jhon Rachid, Mister V, Seb la Frite et bien d’autres se sont mobilisés en rejoignant la « Love Army », mouvement humanitaire créé par l’influenceur Jérôme Jarre. Déjà utilisé pour soutenir une action en Somalie (#LoveArmyForSomalia), en mars dernier, et plus récemment au Mexique suite à un tremblement de terre (#LoveArmyMexico), ce mouvement cherche, par la voix des réseaux numériques à sensibiliser les internautes afin de lever des fonds. Ainsi, en début de semaine dernière, le hashtag « #LoveArmyForRohingyas » fleurissait et proliférait sur les réseaux sociaux.

Le deuxième jour de mobilisation, mardi 28 novembre, le groupe de Frenchies diffuse un live Facebook, partagé par près de 44 600 personnes. Durant ce live, ils renouvellent leur idée initiale pour venir en aide aux réfugiés : mobiliser les internautes pour solliciter des gouvernements et entreprises à aider les Rohingyas.

Cette action, partant d’un bon sentiment, est pourtant à l’origine d’une des controverses qui entourent la « Love Army ».

Mardi, sur Twitter, Jérôme Jarre interpelle Recep Tayyip Erdogan, une des premières personnalités politique à avoir, et ce, dès fin août, alerté la communauté internationale sur le nettoyage ethniques des Rohingyas. Un tweet auquel le président turque (où très probablement son conseiller en com ) déclare :

« Cher @jeromejarre, Nous ne refusons jamais les demandes d'assistance - partout où les personnes dans le besoin peuvent être. Nous soutiendrons les efforts de #LoveArmyforRohingya à travers nos agences d'aide, @AFADTurkey @Tika_Turkey et @RedCrescentTR, ainsi que @TurkishAirlines. ».

Une réponse controversée dans les médias puisque, comme pour tout homme politique, ce tweet est non dénué de sens. Erdogane, par son engament envers cette communauté musulmane, cherche à se positionner comme défenseur des Rohingyas. Une manière pour lui de redorer son image sur le plan internationale en favorisant une action positive sur sa politique extérieure alors que sa politique intérieure est elle, vivement contestée. Depuis le coup d’Etat raté en Turquie, dans la nuit au 15 au 16 juillet 2016, Erdogan purge, entre autre, le secteur culturel. La liberté de la presse est mise à mal par les autorités turques, arrêtant et emprisonnant de nombreux journalistes critiques envers le régime, sur fond de charges plus que douteuses.

 

La demande de financement par les entreprises n’ayant pas eu l’effet escompté, la « Love Army » annonce, dans une nouvelle vidéo, là encore, diffusée sur les réseaux sociaux, la mise en place d’une cagnotte en ligne, sur la plateforme de collecte de fonds GoFundMe. Ils insistent alors à la mobilisation en faisant des dons et/ou partageant la vidéo pour « avancer d’humain à humain » comme l’explique Jérôme Jarre. Cette seconde démarche est la bonne ! L’info est relayée par les internautes. Cette vidéo, partagée sur le compte Twitter de l’influenceur comptabilise plus de 32 000 retweets. Visant les 1 millions de dollars, ce pallier est atteint, dès le lendemain, grâce à une mobilisation importante de leurs différentes communautés.

 

 

En France, de nombreuses personnes, dont des acteurs, musiciens, youtubeurs soutiennent et partagent le message de la « Love Army » afin d’alerter sur les conditions de vie des Rohyngyas. En fin de semaine, le mouvement récolte plus de 1 630 000 dollars et tend maintenant à atteindre la barre des 2 000 000 de dollars.

 

Ce succès fulgurant montre l’importance des leaders d’opinion et de l’utilisation des réseaux sociaux dans notre société. En mettant leur notoriété en avant et en exploitant au maximum les ressources des réseaux (partage de stories, publication de photos et vidéos sur Insta et Facebook), ces personnalités ont réussi à interpeller leurs jeunes communautés. Les internautes ont, par effet boule de neige, créé le buzz en reprenant le hashtag « #LoveArmyForRohingyas » suscitant un intérêt médiatique.

 

Ce coup de com' solidaire, lancé par des influenceurs et propagé par les utilisateurs de réseaux sociaux, montre la puissance et les bienfaits que ceux-ci peuvent engendrer. Ce mouvement humanitaire 2.0 a également permit de remettre l’accent sur la situation des Rohingyas, une actu délaissée dans la hiérarchie des informations médiatiques, faute de renouveaux.

 

Comme expliqué par Jérôme Jarre dans sa réponse au tweet du Président Erdogan, le mouvement humanitaire souhaite utiliser l’argent récolté dans un système de distribution direct, sans passer par des ONG, en travaillant avec des acteurs locaux. Indiqué sur la plateforme GoFunfMe la « Love Army » veut que « 100% of your donation goes directly to the Rohinghyas refugees. » pour combler les besoins urgents d'eau potable et fournir des denrées et du matériel de première nécessité aux réfugiés.

 

 

Par Soline CARBILLET

 

 

Rechercher

×