Pourquoi le Gucci Gang est-il une imposture ?

Un cri du coeur de Lyna, 18 ans, contre les modèles imposés par la presse branchée.
06/02/2017

 

19h.

Gare du Nord.

En attendant le RER, j'attrape la wifi de la gare histoire de scroller mon fil d'actualité Twitter pendant les quelques minutes d'attentes. Tiens un nouvel article sur i-D : "Rencontrez la nouvelle jeunesse parisienne". Je clique sur l'article : des images d'une bande de filles apparaissent. Tiens j'ai déjà croisé leur tête sur Instagram. L'article parle du nouveau phénomène qu’est le “Gucci Gang" et les annonce comme la représentation de cette nouvelle jeunesse parisienne créative et ambitieuse. Elles vont au lycée ou au collège, font des shoots pour des marques, traînent avec des personnalités de la mode ou de la musique, s'habillent d'une manière très originale et sont présentes aux meilleures soirées de Paris. Là je me dis : "Attends, elles ont 15 ans et elles rentrent en boîte ??"

Je regarde les commentaires : "C'est qui ? C'est qui elles ? Elles sortent d'où ?" Bon, je ne suis pas la seule à ne pas m'assimiler à elles. Je check leur Instagram : plusieurs milliers d'abonnés au compteur et des photos où elles tirent la tronche avec des vêtements de marques. Une d'elle est la fille d'un réalisateur, l'autre de musiciens… Bon…

En aspirant la dernière bouffée de ma clope mal roulée, je repense à ma vie de jeune arabe habitant dans le 93, interdite de soirée et dont le seul tourment est de valider son semestre. Est-ce vraiment ça la jeunesse parisienne ? Parce que je ne connais pas grand monde avec ce style de vie dans la vraie vie. Non i-D, ces personnes ont l'air cool mais ne sont en aucun cas représentatives de la jeunesse d'aujourd'hui. "Rencontrez la nouvelle jeunesse DORÉE parisienne" aurait été un titre plus adéquat. La jeunesse que je connais est bien trop diverse pour être représentée par ça.

Le Gucci Gang, si vous passez par là, je ne vous déteste pas, hein, vous avez réussi à jouer avec les codes des réseaux sociaux pour vous faire un nom et c'est très bien pour vous.
Et vous n'êtes pas les seules. Les médias regorgent de vies idéalisées et mises en scènes, de photos de moments parfaits et de personnes magnifiques. À croire que tous les jeunes ont chacun des vêtements de créateurs, partent tout le temps en voyage et sont dans les carrés VIP de toutes les soirées.

Je lève donc tendrement mon majeur à tous ces médias et réseaux sociaux qui me font comprendre que je ne suis pas assez bien pour eux ; que je ne suis pas belle parce que je ne me maquille pas assez ou que je ne suis pas assez cool parce que je ne suis pas en école de stylisme ou parce que je ne sors pas assez le soir, qui m'excluent d'une jeunesse dont je fais pourtant partie.

Les minutes passent et je ne capte plus assez la wifi. Mon train arrive et je m'engouffre dedans, pressée de rentrer chez moi pour dormir et écrire un article pour raconter la bouffée d’angoisse que cet article vient de me filer.

Clin d'oeil à Kesaly pour l'idée de l'article.

Lyna Saoucha, 18 ans, étudiante et bloggeuse

Crédit photos : Chandler Kennedy

http://chandlerkennedy.com/

Rechercher

×