Tous conspirationnistes ?

Qu’est-ce qui séduit tant les jeunes français, dans les théories du complot ?  D’après une récente étude de l’IFOP, près de 8 français sur 10 adhéreraient à l’une de ces théories.  Après le mariage pour tous, le complot pour tous ?
09/01/2018

 

 

Des théories du complot, il y en a pour tous les goûts, du "Pizza Gate" à la dynastie reptilienne en passant par le complot judéo-maçonnique. Qu’elles soient absurdes ou crédibles, se limitent à douter de faits avérés ou bien tombent dans le délire le plus total, elles touchent une partie croissante de la population, de quoi nous interroger. Pourquoi sommes-nous à ce point sensibles à ces récits, et surtout, les théories du complot sont-elles toutes aussi nocives les unes que les autres ?

 

Ce que nous appelons théorie du complot s’articule essentiellement autour de trois éléments, à savoir une « idéologie réactionnaire », une « subjectivité camouflée dans une fausse objectivité » et un « langage haineux ». L’idée est assez simple : proposer une relecture de l’histoire où un groupe occulte agirait dans l’ombre pour défendre ses intérêts, qu’ils soient politiques ou religieux. En général, les explications sont alambiquées et demandent un véritable effort d’imagination. Ainsi, en 1798, l’Abbé Augustin Barruel publiait un texte intitulé « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme », décrivant la révolution comme un complot anti-chrétien. On pourrait aussi citer, dans la genèse des théories du complot les plus meurtrières, « Le Protocole des sages de Sion », exposant la soi-disant volonté de conquête et de domination des juifs et des francs-maçons. Une théorie qui a beaucoup plu à Adolf Hitler, et sur laquelle il s’est appuyé pour défendre la propagande antisémite du IIIe Reich. Plus récemment, chaque attentat s’est vu soumis à une relecture conspirationniste, du 11 septembre 2001 qui aurait été commandité par George W Bush pour justifier l’invasion de l’Afghanistan, en passant par Charlie Hebdo, où certains nient encore la mort du policier abattu par les terroristes, jusqu'au Bataclan où des agents des services français se seraient infiltrés parmi les jihadistes. Heureusement, certaines théories semblent moins néfastes, voire carrément sympathiques, comme celles consistant à dire que les pyramides ont été construites par des extraterrestres. Cependant, qu’elles qu’en soient les conclusion, chaque théorie fonctionne selon le même schéma pervers, consistant à nier l’explication officielle des différents faits qu’elle tente de réfuter. Mais que cherchons-nous, au juste, à travers le conspirationnisme ?

 

 

1- Cry Baby

 

Nous connaissons tous le syndrome du persécuté. Il consiste à se dédouaner de ses échecs personnels, en accusant un tiers parti, qui serait responsable de tous les malheurs du monde et nous en voudrait à nous, personnellement. Une dérive narcissique regrettable et un tantinet puérile. Si t’es dame pipi dans un PMU près de La Chapelle, mon pote, laisse les extraterrestres et Afida Turner en dehors de ça ! You’re not that important…  

 

 

2- Déformation cartésienne

 

Et oui, ce bon vieux Descartes nous invitait à douter de tout, sauf que chez lui, le doute était constitutif d’une méthode, d’un système de pensée (qui n’a rien à voir avec la pensée du système.. héhé). Ce n’était pas un doute stérile, alimentant un cerveau machine à laver, tournant à vide ! L’objectif du théoricien du complot semble assez clair : douter et nier ! C’est bien pour cela, d’ailleurs, qu’il est presque impossible de les mettre face à leurs propres paradoxes et contradictions. Pour peu que l’on défende ce que l’on considère comme une vérité (l’homme a marché sur la lune, le SIDA est une réalité, JFK a été tué par Lee Harvey Hosvald…), on se voit immédiatement rétorquer que l’on fait partie du complot. D’un autre côté, ce n’est pas mal, pour s’arranger avec la vérité. Tout ce qui ne va pas dans notre sens s’oppose à nous.

 

 

3- Post tribues   

 

Et oui, tout le monde rêve de trouver ses pairs, de fonder une communauté où tout le monde partagerait le même centre d’intérêt, le même territoire d’expression et serait caressé dans le sens du poil. Entre vidéos et forums conspirationnistes, il est aisé de communiqué, de partager ses doutes, de créer des débats et des sous-débats. Une safe-space réconfortante, où enfin, ils peuvent s’exprimer sans se voir traiter de « malade » ou de « dégénéré ».  Un havre de paix dans l’univers enchanté des post-vérités !

 

 

 

Bref, vous l’aurez compris, le conspirationnisme agit comme un piège, un cercle vicieux, demandant de tout remettre en question, sans relâche. Une opération épuisante, qui ne doit pas laisser beaucoup de place pour développer quoi que ce soit d’autre. A tout remettre en question, on peut vite se sentir pris en étau et tomber dans la folie. Bisous les reptiliens ! Toutefois, notons que le complotisme s’apparente à une réponse "d'enromancement" au "désenchantement du monde". En gros, il permet de réinjecter dans un réel atrocement terre à terre un frisson d'innatendu propre à la fiction, avec un aspect ludique, consistant à considérer l’univers comme un vaste Cluédo, pensé par un psychopathe en redescente de ké. D’un coup, l’aéroport de Denver serait le QG des Illuminati et les avions à réactions diffuseraient des produits toxiques de manière à tuer à petit feu les populations des pays qu’ils survolent. En adhérant à ces théories, chacun a l’impression de vivre dans une bande dessinée ou un film, se sent investi d’un rôle, celui de faire enfin éclater la vérité au grand jour, de quoi oublier la crise, l’obésité morbide, les vidéos de chatons sur Internet et la paupérisation des classes moyennes. Ainsi, la prochaine fois que vous aurez affaire à un complotiste, faites preuve d’un peu d’indulgence et comprenez les raisons qui le poussent à se blottir dans une telle torpeur d’irrationnalité. 

 

 

Rechercher

×