Typologie des potes (relous) en vacances #1

Partir avec ses amis c’est toujours très excitant, mais après la joie du départ, viennent les déboires du séjour. On les aime nos potes mais faut avouer que passer plusieurs jours en permanence avec eux fait ressortir les pires défauts de chacun...
22/07/2017

 

 

Le pote queutard

 

Mais si ! Celui qui n’en peut juste plus, qui saute sur tout ce qui bouge mettant toute la bande dans un sacré embarras quand un peu « drunk » il se met à draguer toutes les filles (ou mecs) lors des soirées sur la plage. Et bien sûr, il a tellement de talent que tous les soirs il ramène une (voir deux soyons fous) conquête. Marrant au début le coco devient vide un gros boulet, vive les nuits sonores et les supplications pour rentrer plus tôt parce que « vous ne comprenez pas mais ça va être le meilleur coup de ma vie là ». Ah et dernière chose. Votre groupe de pote sera connu dans tout le village.

Tips : Emmener une tente et enfermez le dedans avec ses multiples conquêtes comme ça pas de soucis sonores.

 

Le radin

 

 

On a tous ce pote un peu Picsou qui s’arrangera toujours pour trouver un truc que vous devez lui rembourser (souvent inexistant) pour en payer le moins possible. Aux simples mots de « Ça fera 50 par personnes pour les courses de la semaine » vous le voyez devenir vert et partir en courant inventant douze mille excuses : « Non mais vu que tu me dois 10€, toi 20€ et toi tu ne m’as pas fait de cadeau d’anniversaire bah payer pour moi ». Et quand d’autres frais s’ajoutent il a bizarrement, perdu sa carte dans le train, l’a oublié chez lui en partant ou se l’est fait volée par You le phoque et autres excuses débiles...

Tips :  Emmener votre vieille carte bleue, bien évidement celle-ci fera « erreur » et votre pote mort de faim ou en mal d’alcool sera obligé de payer. Ne me remercier pas.

 

Le boulet

 

 

Alors lui, tu regrettes réellement de l’avoir dans tes potes et au bout d’une semaine une grande envie se fait de « l’oublier » sur une île déserte. Déjà qu’il ne savait pas quand et avec qui vous partiez (ni où d’ailleurs), il est forcément arrivé en retard pour choper le train (ou tout autre moyen de locomotion) avant de se rendre compte qu’il avait oublié sa carte bleue. A la différence du radin lui ne le fait vraiment pas exprès, il est souvent un peu fauché si bien que vous lui avancez toutes les sorties, il finira toujours par vous rembourser… la patience est de mise avec lui. Il est possible que ce même pote soit sujet aux crises de « bad » sorties de nulle part après quelques verres qu’il faudra calmer tant bien que mal, voir même qu’il se casse un truc en vacances parce que le pauvre est vraiment malchanceux.

Un vrai bras cassé mais on l’aime quand même.

Tips: Faites-le dormir chez vous la veille du départ comme ça pas de retard où alors discrètement mettez douze mille alarmes et rappels dans son iPhone histoire qu’il n’oublie rien de rien.  En bref, transformez-vous en deuxième maman.

 

 

Le sur connecté

 

 

 Il y a plusieurs types de surconnectés mais dans tous les cas c’est très énervant. Il y a tout d’abord l’hyper busy, toujours sous caféine il ne lâche pas ses mails, lui éteindre son téléphone de force déclenchant une guerre nucléaire « Non mais je dois absolument rendre ce dossier pour ce soir 18h48 c’est vital ! », invoquer le fait qu’il soit en vacances ne sert à rien il ne connait pas ce mot là. En bref, ultra stressé il stressera tout le monde et vous ne le verrez que très peu car il est toujours indisponible, un peu comme tout le temps quoi. Il y aussi la célèbre instagrameuse en herbe, ce sera un « elle » parce que le phénomène est quand même majoritairement féminin. Il devient impossible de manger normalement de passer en fait des vacances normales, aucune action n’est « naturelle » quand elle est présente. Tout devient prétexte à être scénarisé, immortalisé et bien sûr cela prend des heures !

Pour finir le couple parti chacun de son côté mais qui ne peuvent pas se lâcher d’une onde. Pour faire simple, il ou elle n’aurait juste pas dû venir et partir avec sa moitié. Parce qu’outre les appels de quatre heures où monsieur ou madame ne sera pas disponible parce que « non mais là-bas il n’y a pas de réseau je reste à la maison, allez-y sans moi » il y aura les « il/elle a fait ceci, cela aujourd’hui et ceci/cela » auquel vous aurez le droit entre deux coups de téléphones.

Et si par malheur ils s’engueulent où cassent alors que vous êtes en vacances… bonne chance pour ramasser le malheureux à la petite cuillère.

Tips : Seule solution pour ces accros, noyer le téléphone de manière inopportune. Et encore il y a possibilité qu’ils courent en acheter un nouveau.

 

 

La suite de cette liste de l'enfer, demain!

 

 

Eileen Dautry, 19 ans, control freak sur les bords je l’avoue

 

 

 

 

Rechercher

×