NTM : après dix ans d'absence, ils nous ont mis la fièvre !

NTM est de retour pour une série de trois concerts, les 8,9 et 10 mars à l'AccorHotel Arena. Une Twenty nous raconte le premier concert, pour ceux qui n'auraient pas eu la chance d'y assister !
10/03/2018

 

           

Jeudi 8 mars, Bercy, grand retour du Suprême NTM après 10 ans d’absence sur scène. J’ai acheté mes places pour y aller avec mon père il y a plus d’un an, c’est une des choses qu’il m’a transmis avec Star Wars et l’architecture. On est en retard parce qu’on a eu des problèmes de scooter, on se met dans la queue pour entrer dans la fosse, autour de nous une très très importante majorité d’hommes, des quinquas, des quadras, la génération de mon père, pour qui NTM a rythmé leur adolescence et le début de leur vingtaine, quelques femmes mais beaucoup moins. Je suis, du haut de mes 19 ans, une des plus jeune, et celles et ceux qui m’entourent étaient déjà  là en 83. La première fois que mon père a vu NTM en live, c’était sous un pont à Aubervilliers, et il n’est pas le seul qui attend ce retour depuis Bercy 2008.

 

 

 

 

On a raté la première partie, Fianso, parce qu’on était en retard, et à 21h, noir, projections, trois lettres géantes se déplacent et le Suprême arrive sur scène avec Back dans les Bacs, énergique, salle à fond. J’avais des doutes sur la capacité du groupe à toujours assurer, après tant de temps, surtout qu’on sait que JoeyStarr n’est plus forcément de première fraicheur, sa série sur Viceland nous l’avait montré, mais dès le premier morceau les doutes sont effacés.

 

 

 

 

Le concert dure plus de deux heures, les guests s’enchainent, c’est un vrai show, très visuel. On voit notamment des danseurs et des danseuses old school qui impressionnent toujours autant, et une DJ Battle perchée sur un 9 et un 3, des guest mythiques, comme Lord Kossity qui vient prêter main-forte sur Ma Benz, mais aussi des plus jeunes comme Nathy qui vient interpréter deux morceaux de Caribbean Dandy - son groupe avec JoeyStarr. La fosse l’accueille d’ailleurs avec beaucoup mois d’enthousiasme que les autres, malgré une prestation vraiment convaincante ; il faut croire que les projets plus récents ont moins de succès auprès des anciens du rap.

 

 

 

 

Ce concert vaut le coup, parce qu’il se base sur des classiques, que toute la fosse connait toutes les paroles par coeur, et que l’attente est si haute que dans l’ensemble, la foule ne rejettera pas un groupe si important pour elle. Maintenant, la question à se poser est : est-ce qu’on veut voir NTM se reformer ? En fait, probablement pas. Les morceaux classiques fonctionnent toujours aussi bien, et sont parfois toujours vraiment d’actualité - on notera Police, durant laquelle étaient projetées des images de riot porn des manifestations du printemps 2016 - mais le show s’appuie quand même majoritairement sur le coté exceptionnel de la reformation et de la multiplicité des guests : un très bon moment, mais qui ne laisse pas d’ouverture pour une reformation autre qu’exceptionnelle comme celle-ci.

 

Par Daphnée Deschamps.

NTM en concert à l’AccorHotel Arena les 8, 9 et 10 mars.

Rechercher

×