Instagram rendrait triste et laid

Sept jeunes sur dix reconnaissent qu'Instagram les fait se sentir mal dans leur peau. Une nouvelle étude affirme que certains réseaux sociaux poussent les jeunes à la déprime.
23/05/2017

 

 

 

 

Le but d’un réseau social, comme son nom l’indique est de tisser des liens numériques avec d'autres utilisateurs ou de garder contact avec des connaissances. Paradoxalement, en abuser créerait chez nous un sentiment de solitude et d’isolation. En effet, une récente étude menée par l’université de Pittsburgh aux Etats-Unis prouve que les jeunes adultes qui utilise les réseaux sociaux au minimum deux heures par jour ont deux fois plus de chances que les autres de se sentir socialement isolés.

Cette étude menée en 2014 sur 1787 américains âgés entre 19 et 32 ans fait écho à ce qui se passe en Grande Bretagne. La Royal Society pour la santé publique a réalisé elle aussi une étude sur l’influence des réseaux sociaux  mais cette fois chez les jeunes britanniques. 1500 jeunes âgés entre 14 et 24 ans ont ainsi participé à l’étude #StatusOfMind. Il en ressort qu’une personne sur deux estime qu’Instagram et facebook exacerbent l’anxiété. Pire encore concernant l’ensemble des réseaux sociaux : ils nuisent tous au sommeil des jeunes et ils accentuent tous le harcèlement en ligne selon l’étude. Bien qu’on ne puisse pas avec certitude établir de causalité, l’anxiété et la dépression ont augmenté de 70% chez les jeunes et cela en 25 ans.

 

 

Certains réseaux bien sûr ont une image plus positive, comme Youtube qui est jugé comme favorisant l’empathie et la compréhension par ses utilisateurs. Cependant la conclusion de cette étude de la Royal Society pour la santé publique nous permet de nous poser une question : pourquoi les plates-formes qui sont censées aider les jeunes à se connecter entre eux peuvent en fait alimenter une crise de santé mentale ?

 

 

Par Eddy Dabla, hautement connecté mais pas du tout déprimé

Rechercher

×