5 raisons d'aller au Dour Festival !

Twenty vous donne 5 bonnes raisons de vous rendre à l'édition 2018 du légendaire festival de Dour... pour tous ceux qui ne seraient pas déjà convaincus de l'urgence de prendre leurs places !
14/06/2018

 

 

1) Dour : 5 jours de festival et plus de 230 artistes

 

Une petite semaine pendant laquelle tu ne te soucieras plus de savoir s’il reste des places à la bibliothèque pour tes révisions, si la ligne A du RER va fonctionner, ou si ton collègue portera encore la même cravate hideuse comme tous les jours.

Depuis sa création en 1989, le festival met l’accent sur une programmation variée sans jamais rogner sur la qualité avec cette année (pour ne citer qu’eux) : Booba, DJ Premier, Paul Kalkbrenner, Ben Klock, Alt J, Diplo

Une diversité de genres musicaux qui illustre bien l’ouverture d’esprit inhérente au festival et qui fonctionne bien : le festival a de nouveau battu son record de fréquentation en 2017 avec plus de 242 000 festivaliers sur 5 jours.

 

Où faire jouer autant d’artistes ?

Pas moins de sept scènes sont installées sur le festival avec des concerts de 14h30 à 4h.

50% des lecteurs n’auront pas besoin d’aller jusqu’à la 5ème raison pour acheter leurs places !

 

 © Boris Gortz

 

 

2) Un trip 100% "La Petite Maison dans la Prairie"

 

Avec une capacité de « seulement » 8500 personnes, cette scène bénéficie d’une atmosphère plus intimiste et n’a rien à envier à ses grandes soeurs.

Lecteurs, soyez avertis : il ne s’agit en aucun cas d’une reproduction de la mythique série diffusée sur M6 bien que l’on vous encourage aussi à vous y rendre en dévalant les champs au pas de course (l’usage de calèche étant interdit).

La programmation axée indie mêle nouveauté et artistes confirmés avec cette année la présence de BADBADNOTGOOD, Parcels, Fatima Yamaha, Floating Points, Beth Ditto ou encore Boris Brejcha

Pas de doute, Twenty ira y faire un tour !

 

 © Elsa Debreu

 

 

3) Dour : un festival oeuvre d'art ? 

 

En commençant par le camping : élue « plus belle mosaïque de tente Quechua au monde », une véritable oeuvre d’art éphémère qui devient le moyen le plus efficace pour se faire des amis. La légende raconte d’ailleurs que Mark Zuckerberg a décidé de créer Facebook à son retour du festival, si triste de ne pas avoir pu retrouver ses amis festivaliers sur le moment (et non, ce n'était pas seulement pour noter les plus beaux pti culs de sa fac). 

Une sorte de monde des Bisounours mais bien réel, une grande expérience sociale où tout le monde cohabite ensemble sans aucun problème avec un seul cri de ralliement plus efficace que n’importe quel hymne national : DOUREUUUUUH

D’ailleurs, combien d’anecdotes tu as entendu de la part de tes potes ? Combien d’articles tu as lu à ce sujet ?

Voilà déja 1 an que tout le monde te saoule avec ça… En 2018, tu n’a plus qu’une seule envie : ALLER À DOUR !

 

 © Rémi Debreu

 

 

4) Un site exceptionnel

 

Situé dans la zone naturel des Terrils du Borinage, à quelques kilomètres de la frontière française, à moins de 3h de Paris et 1h30 de Bruxelles, le site est relativement facile d’accès. Une logistique impressionnante est mise en place pour fluidifier au maximum l’arrivée des quelques 45 000 festivaliers par jour.

Une fois sur place, 7 scènes, un immense camping des recoins cachés avec notamment Le Bar du Petit Bois (petit havre de paix dans un espace boisé), des activités et une multitude de stands pour sustenter ton corps de saveurs exquises.

 

 © Brice Delamarche

 

 

5) L’amour de la Belgique

 

Bien que Dour soit un festival à dimension internationale avec des spectateurs venant des 4 coins du monde, il est implanté en territoire belge, l’un des pays les plus cools de notre continent, et avec l'un des accents le plus funky de toute la francophonie (sorry les Québécois). Il ne faut pas s’y tromper : le sourire des locaux, l’accueil et la sympathie des bénévoles sur le terrain est lien direct avec ta présence sur le plat pays.

En tout cas, chez Twenty la Belgique on Adour(euuuuuh).

 

Pour choper tes billets, c'est par ici -> https://tickets.dourfestival.be

 

Par Sébastien Bouchereau, 24 ans, Dour-addict ! 

Rechercher

×