Yes we Cannes #2 : survival guide

Notre envoyée spécial Jet Set, Alix, a été chargée de couvrir le festival. Une immersion totale dans l'effervescence et la frénésie des projections, des conférences de presse et des soirées huppées.
12/05/2018

 

Témoignage d’un bébé journaliste au milieu du plus grand Festival du Monde. Après trois jours passés au Festival de Cannes, voici un premier debrief

 

 

Porter des lunettes d’en soleil pour masquer les stigmates de la veille 

 

 

Qui sont les gens qui vont à Cannes ? 

 

Les stars, les amis des stars, les wannabe stars, les amis des amis des stars, les amis des wannabe stars, les étudiants en cinéma, les producteurs, la jeunesse dorée cannoise, les distributeurs, les journalistes des Inrocks, les journalistes de Nice Matin : Cannes est une jungle sociologiquement parlant. C’est le plus grand festival de cinéma du monde qui rassemble près 40 000 personnes. La plupart des événements se déroulent autour du Palais des Festivals, autour de 18h30 / 19h00 c’est donc une foule de gens qui prennent d’assaut le Palais des Festivals. La fréquentation du Festival est aussi variée que complexe à identifier. A ceux qui demandent si on voit des stars à Cannes, je répondrai que pas vraiment, je n’ai pas encore croisé Martin Scorsese à une terrasse de café, on est surtout plongés dans une foule indistincte. L’heure de pointe se situe autour de 18h30/19h, moment de la fameuse montée des marches. Circuler devient alors une mission impossible. Une heure après mon arrivée je suis restée coincée au milieu d’une foule, sans pouvoir bouger pendant 20 minute, c’était en quelque sorte mon cadeau de bienvenue. Amis agoraphobes fuyez !

 

 

Les marches mais sans les stars 

 

 

Dis moi quelle accréditation tu as et je te dirai qui tu es

 

 

 Assister aux conférence de presse, celle de Christophe Honore pour son film " Plaire Aimer et courir vite "

 

Cannes est une minuscule société très hiérarchisée. Au sommet Thierry Frémaux et Pierre Lescure, le délégué général et le Président, accompagnés de toute l’équipe du jury (présidé cette année par Cate Blanchett). Les autres privilégiés sont les stars en général, ceux qu’on voit parader en robe de soirée sur le tapis rouge. Ensuite viennent toutes les accréditions presse et marché du film, c’est la bourgeoisie, elles permettent un Festival confortable mais ne garantissent pas une chambre au Martinez. Dans l’imaginaire collectif Cannes représente un amas de strass, de stars, de paillettes et de champagne. Pour beaucoup de professionnels, Cannes n’est pas une suite sans fin de soirées de gala mais bel et bien un moment de rush professionnel. En bas de l’échelle, il y a les prolétaires du Festival : ce sont les accréditions cinéphiles, elles permettent d’assister aux projections dans la mesure des places disponibles, faire la queue,  longtemps, sans aucune garantie de rentrer en salle. Il y a aussi les invisibles, ceux qu’on ne remarque pas mais qui oeuvrent à l’existence du Festival : ce sont les nombreuses et nombreux hôtesses et hôtes, les vigiles, les chauffeurs : la part ombragé du Festival. Enfin il y a les plus courageux, les iconoclastes,  ceux qui enflent leur tenue de soirée et qui viennent, devant le Palais, sans invitation. Ce sont les mêmes qui font des pieds et des mains pour s’incruster aux soirées privés.

 

 

Aller voir Bagarre en live qui fout le bordel à la Villa Schweppes 

 

Cannes est un marathon : Il n’y a pas une réalité du Festival mais une multitude selon ce qu’on est venu y faire. Je ne peux témoigner que du point de vue du journaliste, acceptez donc de recevoir ma perception. Etant venue toute seule en grande novice de Cannes j’étais au début assez perdue, ne sachant pas vraiment où aller et ne sachant pas non plus quel rôle jouer parmi tous ses gens qui s’agitent.  En observant mes confrères journalistes je me suis vite rendue à l’évidence : ils travaillent d’arrache pied, sans relâche. Il est techniquement impossible d’assister à toutes les projections qui sont proposés. Pour un journaliste une journée typique consiste donc à voir le plus films possibles (3 à 5 films par jours est un bon chiffre, plus ça devient chaud et moins tu passes pour un branleur), à assister à des conférences de presse sur ces mêmes films et à écrire des articles à rendre le jour même.

 

 

Profiter de loger A Vallauris (à 20 minutes de Cannes) pour pouvoir faire du shopping (en option) 

 

Nous sommes le vendredi 8 mai, j’entame mon quatrième jour. Le Festival de Cannes est un évènement incroyable, aussi gigantesque qu’impressionnant.. Y étant j’ai l’impression, à ma petite échelle, de faire partie de la grande matrix du cinéma international. C’est aussi l’excitation de se dire qu’au moment où vous voyez un film il est vu publiquement  pour la première fois, on assiste en quelque sorte à la naissance du film. Cannes est ce qui va définir l’année à cinématographique à venir. Il est évident que la palme d’or a le pouvoir de changer ou de créer une carrière. Enfin Cannes demande une santé mentale et physique bien développée tant le rythme est intense et les choses à y faire y sont nombreuses. C’est un événement complexe à décrire et à analyser tant de nombreuses réalités se côtoient au même moment et au même endroit.

 

 

Par Alix Welfling, 21 ans, étudiante et Cannes loveuse !

Rechercher

×