Séries de l'été : Twenty Killers #8

A l’âge où vous vous demandez si vous préférez faire un stage, des études ou une année sabbatique, d’autres Twenty se demandent combien d’années ils vont passer en prison. Focus sur dix Twenty meurtriers, qui ont défrayé la chronique !
12/08/2017

 

#8 Le plus foireux : Vincent Langlois-Laroche

 

 

 

Age au moment des faits ? 25 ans

 

Background ? Nous sommes en droit de nous demander comment ce garçon, aussi beau et charismatique qu’intelligent, se destinant à devenir policier, a pu tenter un acte aussi borderline ? «Vincent, il a toujours été honnête. Il était responsable, serviable... Je n’ai rien à dire de méchant sur lui», a assuré l’une des sœurs de l’accusé. Cependant,

 

Nombre de victimes ? 0. Il a essayé de tuer son ex-petite amie, le 8 juin 2014 et s’est bien foiré ! Bolosse !!

 

Mode opératoire ? Le harcèlement. Le garçon a été jusqu’à profiler son ex petite amie, à l’aide d’un GPS installé sous sa voiture. Voyant que la jeune restait insensible à ses divers textos, courriels, lettres et fleurs, il a tout simplement décidé de passer à l’étape supérieure et la tuer. Une liste a été retrouvée chez lui, après son arrestation, détaillant son plan machiavélique pour éliminer sa petite amie d’antan. On peut y lire, par exemple : « «Creuser un trou, endroit où jeter les preuves, couteau, poing américain, pelle. Approche tactique et assommer, la mettre dans son auto, laisser le moins de traces possible.»… Et après on ose se demander s’il n’était pas atteint de troubles délirants… c’est un peu fort de café ! Le jour du crime, il a attendu que son ex petite amie finisse son service, au CHUL, pour débarquer, tout de noir vêtu. Il lui a alors intimé de monter dans sa voiture, pour qu’ils puissent « parler ». Il l’a ensuite frappé au visage, jusqu’à ce qu’un inconnu intervienne.

 

Signature ? Le remord et l’auto victimisation. Lors de son procès, l’accusé a déclaré : « Il y a trois ans, je n’allais pas bien. J’étais troublé entre la tête et le cœur, j’avais de la difficulté à faire la différence entre le bien et le mal. Je vivais un grand trouble, une crise existentielle, un conflit amoureux »… pauvre bichette ! C’est certain qu’une crise identitaire, ça justifie tout ! Il a d’ailleurs ajouté : « je suis conscient du comportement déviant que j’ai eu et je le regrette... J’ai honte d’avoir fait souffrir les gens que j’aime »… Miskina !

 

Arrestation ? Un inconnu est intervenu et a alerté la police.

 

Peine ? Coupable de Tentative de meurtre, de menaces de mort et de harcèlement criminel, le jeune homme s’est retrouvé en prison ! Double looser !!

 

Contribution à la Pop Culture ? Comment un mec incapable de tuer sa zouz pourrait-il inspirer qui que ce soit ? Même en anti-héro, il ne fait pas le taff ! En revanche, on pourrait penser au film « Le crime était presque parfait », signé par le maître absolu du thriller, Alfred Hitchcock. Tony Wendice, une ancienne gloire du tennis, s'est marié avec Margot pour sa richesse. Mais celle-ci le trompe depuis peu avec Mark Halliday, un jeune auteur de romans policiers. Craignant que sa femme le quitte et le laisse sans le sou, Tony fait appel au capitaine Lesgate et le charge d'assassiner Margot en échange d'une grosse somme d'argent…. Un crime raté, dans la mesure où Lesgate ne parvient pas à remplir son contrat.

 

Par Carmen Bramly, 22 ans, écrivain

Rechercher

×