Séries de l'été : Twenty Killers #1

A l’âge où vous vous demandez si vous préférez faire un stage, des études ou une année sabbatique, d’autres Twenty se demandent combien d’années ils vont passer en prison. Focus sur dix Twenty meurtriers, qui ont défrayé la chronique !
14/07/2017

 

 

1- Le plus gore : Jeffrey Dahmer,  né en 1960 à Milwaukee.

 

 

Âge au moment des faits ? 18 ans à 31 ans.

 

Background ? Son père est chimiste et sa mère fait une dépression après sa naissance. Il déménage et grandit à Bath, dans l’Ohio. Une enfance middle class, qu’il passe à disséquer des animaux, les clouer sur des troncs d’arbres ou les empaler. A l’adolescence, il semble incapable de sortir du placard et sombre irrémédiablement dans l’alcoolisme. Pour le sauver, son père tente de l’enrôler dans l’armée, mais c’est peine perdue. Le garçon est reconduit. Les buveurs font souvent de mauvais tireurs.  

 

Nombre de victimes ? Environ 17 jeunes hommes, de manière sporadique.

 

Mode opératoire ? Jeffrey rencontrait ses victimes dans des clubs gays et les ramenait chez lui.

 

Signature ? Dahmer pensait qu'il pouvait transformer ses victimes en « zombies ». L’idée était de créer une armée de jeunes soumis, qui ne lui refuseraient aucune faveur sexuelle. Pour parvenir à ses fins, il leur ouvrait le crâne à l'aide d'une perceuse électrique et leur injectait de l'acide chlorhydrique ou de l’eau bouillante dans la partie frontale du lobe de leur cerveau, alors que ses victimes étaient encore en vie.

 

Arrestation ? Un jour, une de ses victimes parvient à s’enfuir et alerte la police. Parmi les découvertes faites chez lui, les policiers trouvent des têtes et des morceaux humains dans son réfrigérateur, un cœur dans son congélateur, des squelettes dans son placard ainsi que trois torses masculins dans un tonneau rongés par l'acide chlorhydrique et des cranes dans les tiroirs de sa cuisine.

 

Peine ? 957 ans de prison.

 

Contribution à la Pop Culture ? Mon Ami Damher de Derf Backderf (Fauve D'Angoulème 2014) est une BD entièrement basée sur des faits réels. De fait, l'auteur était un camarade de classe du tueur. Un récit décalé, en immersion dans une petite banlieue américaine, où le futur serial killer s’adonne à des jeux morbides et bascule doucement vers la folie.

 

 

 

Par Carmen Bramly, 22 ans, écrivain

Rechercher

×