A toi qui voteras : lettre d'une fille de 15 ans à celle qu'elle sera à 18 ans...

Pauline a 15 ans. Elle n'a pas encore le droit de vote, mais pour Twenty, elle a écrit une lettre à celle qu'elle sera quand elle aura 18 ans. Elle y livre ses craintes, mais aussi ses espoirs et ses rêves... le vote ferait-il encore rêver les jeunes ?
07/05/2017

 

« Salut Pauline, 

 

Je suis toi à 15 ans.

Et te voilà maintenant, du haut de tes 18 ans, devant deux noms écrits noirs sur blancs, dans un isoloir étroit, ta carte électorale en main.

J'espère que tu n’es pas trop stressée, même si je suis certaine que ton choix est déjà arrêté depuis un moment sur un candidat, dont le discours tu auras convaincue et rendue fière. Tu as probablement écouté des tas d'interviews, des milliers de reportages pour faire ton choix comme je le fais déjà !

Je t'envie tu sais, tu dois déjà connaître qui de Macron ou Le Pen sera choisi par le peuple ?

C’est comment l'avenir ? Que va-t-il se passer ? La politique te passionne-t-elle toujours autant ? L'égalité Hommes Femmes, ça en est où ?  Le Brexit ? Et le mariage pour tous ? Le droit à l’avortement ? Sont-ils enfin des lois poussiéreuses que plus personne ne peut changer ?

As-tu réussi à choisir un parti et une personne digne de confiance ? D'ailleurs est-ce mieux qu’en 2017 ? La 5ème République est à bout de souffle, mais s’est-elle effondrée ? Si oui ça donne quoi la 6ème République ?

 

Lorsque tu prendras l'un de ces papiers, pense à cette lettre, respire et surtout :

Ne vote pas avec tes émotions ! Gardes tes valeurs en tête, j’espère que tu es toujours comme celle que je suis aujourd'hui, ouverte d'esprit, amie de la solidarité, de la diversité, féministe et engagée...

Qui que tu choisisses, je suis certaine que tu feras le bon choix, pour toi et pour la France.

Et si tu as peur, comme moi en ce jour, c’est qu’encore nous n'apprenons pas de nos leçons passées. Tu connais le pouvoir de ton vote et que tu t'en serviras pour de bonnes causes.

Ne perds pas espoir, un jour si rien ne s’améliore, ton nom sera peut-être un jour inscrit sur un de ces papiers.

En attendant, j'espère que tu continueras à te battre pour la liberté, l’égalité et la fraternité, qui je l'espère, sont encore d'actualité.

Bon courage. »

 

 

Par Pauline Duez, 15 ans, s'adressant à Pauline Duez, 18 ans. 

Rechercher

×