Un tour du monde des séries

A l'heure où le binge watching de séries télé fait figure d'activité principale de nos existences, Camille a voulu nous ouvrir de nouveaux horizons narratifs en partant à la découverte des séries méconnues aux quatre coins de la planète.
08/04/2017

Aux dernières nouvelles, un festival international de séries verra le jour en France, à l’horizon 2018, à Lille. De quoi réjouir les afficionados de streaming, « d’ethnic binge watching » ou du « netflix and chill ».

Chez Twenty, nous nous somme dit que ce serait l’occasion de faire un « tour du monde » des séries, pour vous donner un avant-goût de ce que l’on peut trouver un peu partout autour du globe et vous souffler quelques idées, si d’aventure vous souhaitiez fuir le soleil ce week-end.

 

 

A- Europe 

 

 

Espagne - « El ministerio del tiempo »

 

Tout d’abord, commençons par une série fantastique. Le spectateur suit une organisation secrète, le ministère du temps, chargée de protéger le passé de l’Espagne, au présent. Des voyages à travers le temps sont organisés, pour contrer d’éventuels intrus qui voudraient arranger l’Histoire à leur sauce, tandis que les personnages principaux profitent de cette opportunité pour obtenir des réponses sur leur propre vie et celle de leurs proches.

Le concept de la série a le mérite d’être original et didactique. Le spectateur peut découvrir un puzzle d’époques différentes, à travers deux saisons particulièrement bien ficelées.

 

 

« J’adore, parce que l’idée est originale. L’ambiance générale de la série est cool. En plus, ça permet aux gens de connaitre des épisodes de l’histoires dont ils n’avaient peut être jamais entendu parlé. » Macarena, 21 ans

 

 

Italie - « Gomorra »

 

La série traite de la réalité de la mafia napolitaine. Un chef mafieux, Pietro Savastano, commence à préparer sa succession et veut tout reléguer à son fils, Genny. Seulement, ce dernier n’est pas assez endurci pour prendre le relais. Il confit donc sa formation à un homme de confiance, mais Genny va vouloir prendre le pouvoir plus vite que prévu, et un conflit générationnel va opposer les membres du clan : ceux qui apprécient cette vision plus jeune, affrontent les irréductibles fidèles à «Don Pietro».

La série, aux ambitions de réalisme extrême, permet de raconter ce qu’est réellement le système de la mafia, et de mettre en garde contre ses dangers.

La série cartonne en Italie et la troisième saison est prévue pour ce printemps 2017 !

 

 

« Elle plaît parce qu’elle parle de la mafia, et c’est quand même rare de trouver ce genre de série.. » Anastasia, 24 ans

 

 

Allemagne - « Der Tatortreiniger »

 

On peut suivre les aventures d’Heiko, exerçant la noble profession de technicien de surface sur les scènes de crimes. Alors attention, ce n’est pas du tout une série policière comme on en a l’habitude, bien au contraire ! L’accent n’est pas vraiment mis sur les enquêtes. C’est une véritable série comique, mettant en scène le protagoniste de manière déjantée et hallucinante. Au fur et à mesure des scènes de crime, un grand nombre de personnages loufoques croisent sa route, parfois même les meurtriers en personne, et des situations ubuesques en découlent.

Une série pas prise de tête, qui conserve ce même esprit léger et badin tout au long des six saisons : on adore !

«Je ne regarde pas beaucoup de séries mais celles-là je l’aime vraiment bien, le mec est juste super fun et ses histoires sont toujours étranges. C’est cool ! » Laura - 24 ans

 

 

Norvège - «  Skam »

 

Nous sommes plongés dans le quotidien de lycéens norvégiens. Chaque saison se concentre sur un personnage différent, un peu comme skins le faisait à l’époque, pour chaque épisode. La première saison se concentre sur Eva, ses galères de couple mais aussi sa détermination, avec sa bande de potes, à organiser une fête de fin d’année dans un bus, etc. On fait donc connaissance avec les personnages qui seront au coeur des saisons à venir. On parle un peu de tout dans Skam, sexualité, réalité des corps, homosexualité, etc. Pas vraiment de tabous et une ouverture d’esprit plus qu’appréciable !

Mais la série vit également en dehors des épisodes. On peut suivre les comptes des protagonistes sur les réseaux sociaux, qui sont mis à jour au fur et à mesure de la série, allant même jusqu’à dévoler quelques textos ou des videos, chaque semaine avant la diffusion d’un épisode inédit… En bref une série interactive vraiment sympa, avec déjà trois saisons à son actif !

 

 

« C’est une série qui reflète bien la vie des adolescents de notre époque, sans mensonges, avec tout ce qui les saoule vraiment …  » Marta, 28 ans

 

 

 

B- Amérique du Nord et du Sud :

 

 

Etats-Unis - « It’s always sunny in Philadelphia »

 

La série se passe à Philadelphie. On suit les galères et les coups bas d’un groupe de potes plutôt flemmards, alcoolisés et malhonnêtes, qui gèrent un bar irlandais un peu glauque, le Paddy’s.

Douze saisons rocambolesques et hautes en couleur, pour régaler nos yeux !

 

 

«  C’est une comédie américaine débile avec un humour américain bien lourd, perso j’adore ! » Thomas, 22 ans.

 

 

Mexique - « Club de Cuervos »

 

C’est la première série en espagnol signée par netflix. Le président d’un club de foot, le FC Cuervos, meurt, laissant ses deux enfants, Luis et Mariana, se lancer dans une petite guerre fraternelle pour reprendre son poste. C’était sans compter sur leur belle-mère, Mary-Luz, enceinte jusqu’au cou, qui ne compte bien s’emparer du bel héritage de son défunt mari…

Deux saisons sont disponibles pour l’instant. Magouilles et rebondissements garantis…

 

 

« Ils réussissent à t’impliquer complètement comme spectateur, pas seulement de leurs histoires, mais aussi comme si tu devenais un supporter fanatique de leur club. C’est super prenant ! » Estefania, 22 ans.

 

 

Chili - « Los 80 »

 

Bienvenue dans le Chili des années 80, pendant la dictature de Pinochet. La famille Herreras, Juan Alberto, Ana et leurs enfants, incarnent la middle-class chilienne de l’époque. Au delà des histoires familiales, la série suit réellement le déroulement historique de ces années-là et respecte les difficultés économiques, les problèmes environnementaux, les évènements nationaux, etc. Les sept saisons suivent la chronologie en se concentrant sur des moments précis de l’Histoire Chilienne.

 

 

« Cette série me paraît vraiment intéressante parce qu’elle est tellement réaliste. C’est une période importante pour le Chili et je pense que ça et le bon jeu des acteurs a fait que c’est vraiment une des séries les plus regardées ici » Felipe - 24 ans

 

 

 

C- Asie

 

Taiwan - « Black and White »

 

C’est l’histoire de deux flics que tout oppose. L’un est très investi dans son job, il cherche à tout prix à faire respecter la loi et combattre le crime, l’autre ne fait rien, si ce n’est attendre que les informations lui viennent de sources plus ou moins douteuses. Un jour, ils sont contraint de collaborer sur une affaire, dans une ville où le désordre règne et où les autorités copinent avec les voyous.

 

 

« C’est une série qui aborde un sujet important et qui traite de la condition humaine, typiquement ce qui me plait ! » Samantha -

 

 

D- Orient

 

 

Maroc – « Hdidane »

 

Hdidane est un héros mythique des contes populaires marocains. L’idée de cette série est de faire passer, à travers des situations assez comiques, des messages plus profonds, sur la justice, le droit, la non-ouverture d’esprit, l’ignorance, les traditions marocaines, etc.

Si le cœur vous en dit, vous pouvez sans plus tarder plonger dans cet univers comique, typiquement marocain. Deux saisons ont déjà vu le jour.

 

 

« J’aime bien cette série parce que c’est drôle et puis on apprend beaucoup de choses, sur l’économie ou encore le droit et la justice mais aussi sur les traditions marocaines d’antan. » Abdel, 22 ans

 

 

Turquie - « Aşk-ı Memnu »

 

Cette série retrace une histoire d’amour impossible. Un homme mature, Adnar, vit dans un manoir avec sa jeune femme, Bihter et un de ses neveux éloignés, Behlul, orphelin. Ces deux derniers vont vivre une histoire d’amour passionnelle et interdite, rythmée par des péripéties comme l’amour de Nehil, la fille d’Adnar, pour Behlul ou d’autres drames ..

Le style est un peu celui des novelas latines : problèmes d’amour, problèmes d’amour et… problèmes d’amour !

 

 

« Je pense qu’on a aimé ça ici parce que les gens adorent ce genre d’histoire impossible, ça les divertit terriblement ! » Helin, 22 ans.

 

Par Camille Dourlens.

Rechercher

×