Le Jour où j’ai décidé de Tout Plaquer #1 : Une slide "parfaite"

Ecole de commerce et stages prestigieux, Côme et Georges n'en veulent plus. Twenty s'est engagé à suivre les deux amis dans leur quête de sens, pour vous partager leurs craintes et leurs illuminations.
24/11/2018

 

 

Ces derniers mois, j’ai progressivement senti un fossé se creuser entre le monde de l'entreprise et moi. Le métro où tout le monde tirait la tronche. Les soirées de travail dans les open-spaces désertés. Les mises en page PowerPoint. Vendre des produits de grande consommation... Tout ça a bien-sûr été le terreau d’une remise en question. Mais un événement anodin a constitué l’électrochoc salvateur. Laissez-moi vous raconter « la valse des bravos ».

 

 

Mardi 5 juin 2018, 11h30 : Je suis stagiaire en marketing dans un grand groupe de cosmétiques. J’assiste à une réunion avec le top-management de ma marque : direction marketing, industrie, laboratoires... Le thème : la beauté pour hommes. Je ne suis pas anxieux, je me sens bien dans mon équipe. Mon boss présente nos conclusions. Vient sa slide de conclusion, que j’ai rédigée moi-même. Je l’avais intitulée « Les 4 essentiels de la cosmétique pour hommes » : 4 constats, 4 nuances, 4 solutions formulées en quelques mots. Ci-joint la pièce à conviction (enfin pas toute, secret professionnel oblige) :

 

 

Soudain, plusieurs patrons se tournent vers la diapositive. Après 5 secondes d’un interminable silence (qu’est-ce que j’ai pu écrire de si horrible ?), la directrice de l’industrie déclare « cette slide est PARFAITE, ça résume exactement nos objectifs ». Stupeur. Suivent les commentaires des laboratoires : « il faudrait afficher cette slide dans nos locaux », de la directrice d’axe : « Tout est dit », et de mon boss, me chuchotant un discret « Bravo ». Je joue au flatté, dans l’incompréhension la plus totale, et la réunion continue.

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Sitôt la réunion finie, mon supérieur me félicite encore une fois pour cette slide « parfaite » et « qui révèle toutes tes capacités d’analyse et de synthèse ». Puis je reçois un mail du directeur des labos : « tu as fait un travail formidable », un autre de la directrice marketing... Au total, 7 mails élogieux arrivent dans ma boîte mail pour conclure la valse des bravos. Ils sont sûrement persuadés que ces compliments me donneront confiance en moi.

 

 

En réalité, chaque félicitation (venant pourtant de collègues que j’apprécie et j’estime) me plonge un peu plus dans un profond malaise. La raison est simple : je trouve cette diapositive terriblement banale. Certes, elle est assez logique et pas trop laide. Mais quand je la regarde, je ne ressens qu’un grand vide : c’est juste une slide, quoi.

La paranoïa envahit mon cerveau déprimé : « Si ça se trouve, j’ai des problèmes de santé, tout le monde le sait sauf moi, donc ils essaient d’être gentils », puis « Peut-être qu’ils pensent que je suis le fils caché du PDG ». Je formule enfin une hypothèse encore plus effrayante : « Et s’ils avaient vraiment trouvé ça parfait ? ». Cette slide verte, parfaite.

 

 

C’est à ce moment précis que je la réalité me frappe en pleine face : en utilisant 20 minutes de mon temps et 4% de mes capacités mentales, j’ai effectué la plus grande contribution de mon stage. Ce qu’on retiendra de moi, c’est cette slide verte ! Tout est clair désormais : mon rôle est de confectionner de jolies présentations, en somme d’être un travailleur à la chaîne de PowerPoint. Et parfois, je fais semblant de réfléchir pour prouver mes compétences en brainstorming et en reporting. Conclusion : certes j’aime mon équipe, mais je travaille 9 à 10 heures par jour, pour un projet qui ne m’intéresse que très moyennement, sans utiliser mon cerveau. Génial.

 

Fin de journée, je reprends le métro pour rejoindre des amis. Les gens autour de moi, ils font toujours la gueule. Je me fais une promesse : « Plus jamais ça, Côme, plus jamais ». Dans cette ligne 3 bondée et parfumée aux odeurs de sueur, j’ai décidé de changer de vie.

 

 

Par Côme Laroze, 22 ans, en quête d'une vie qui ait du sens 

Rechercher

×