Voyage Voyage

Parce que dans un monde du "tous touristes" il existe encore d'irréductibles voyageurs, Aurélio a décidé, par le plus grand des hasard, de partir marcher dans la nature, en solitaire. Récit.
31/07/2019

 

Juillet devait être un mois vide. Je n’avais rien de prévu, rien de préparé, je voulais juste dormir, cuisiner et sortir. Le premier dimanche du mois, je suis allé à la fnac des Ternes pour acheter La Mort de Jankélévitch. Gros livre d’un grand styliste, c’était pour lire en terrasse. Mais il était introuvable en rayon. C’était terrible comme nouvelle parce que je le voulais absolument. J’ai interrogé tous les vendeurs et c’était à chaque fois la même réponse : La mort n’est plus disponible à Paris, il faut attendre le mois de septembre. J’ai demandé si je pouvais au moins commander le livre chez moi. Réponse du vendeur : oui mais il faut payer maintenant la livraison. J’étais anéanti. Bon, j’ai su raison garder et suis allé m’apaiser au rayon psychologie. A la fnac des Ternes ce rayon est spectaculaire, c’est simple, c’est le plus grand.

 

A côté, il y a la section voyage et dans cette section, une partie consacrée à la randonnée pédestre. Je suis tombé sur un guide, extrêmement bien détaillé, qui expliquait comment réaliser le GR10, cette fameuse randonnée qui traverse les Pyrénées, d’Hendaye à Arrens-Marsous. En ouvrant ce petit manuel, en y découvrant les cartes, les photos, les adresses de gîtes et les mises en garde, j’ai eu, très sérieusement, les larmes aux yeux. Je ne sais pas bien ce qui m’a pris ni par quoi j’ai été pris mais j’ai été saisi par une joie si intense que j’ai, chose rare à Paris, parlé à la personne à côté de moi. Je lui ai demandé si elle connaissait le GR10. Elle m’a répondu que non, pas ce GR là (GR c’est grande randonnée) mais que oui, elle avait déjà fait d’autres GR. Je trouvais son très court témoignage absolument admirable, je l’incitai à poursuivre en agitant mon coude gauche. Elle m’a dit qu’elle devait partir. Quoi qu’il en soit, j’étais décidé, vraiment, à faire cette grande marche.

 

J’ai immédiatement appelé ma mère pour la prévenir, lui dire que n’ayant pas trouvé la Mort à la Fnac, j’irai marcher dans les Pyrénéens. Le lendemain, je suis allé chez Décathlon pour me procurer tout le matériel : bâtons (essentiels, sinon on meurt), chaussettes techniques (elles sont censées sécher bien plus rapidement que les chaussettes traditionnelles. En réalité, il s’agit d’un mensonge. Il leur fallait bien une nuit et une matinées pour sécher complètement. En somme, on peut dire que ces chaussettes techniques se distinguaient moins par leur vitesse de séchage que par le confort sincère qu’elles prodiguaient.), caleçons techniques (eux sèchent un peu plus vite que les traditionnels), tee-shirt techniques (contre la puanteur du tee-shirt en sueur, ils sont d’une efficacité redoutable), sac, chaussures. Bon je ne vais pas vous mentir, tout cela est un peu cher mais c’est un investissement à long terme et très rentable.

 

Nous sommes Lundi. Le lendemain (mardi donc), j’achète mon billet pour Hendaye, lieu de départ du GR10 et jeudi, je prends le train. J’ai rejoint la Gare Montparnasse en tenue de randonnée, avec le gros sac, mon super poncho rouge, mes braves chaussures et ma casquette de garçon solide. Dans le train pour Hendaye, j’ai rencontré un randonneur qui partait en autonomie totale. Moi j’avais tout de même réservé des gîtes à la fin de chaque étape. Donc je passe le premier soir dans un hôtel seul à Hendaye. Je vais au restaurant seul. Je bois une bière seul. C’est le dernier luxe que je m’autorise. Un moment je me suis dit que c’était dommage de finir la soirée seul. Mais je n’avais pas du tout la force de draguer. Puis mon poncho, s’il était une invitation au voyage, avait tout d’un appel au repucelage. Pas grave, de toute façon le lendemain il fallait partir tôt. J’avais prévu de me lever à 6h et d’être à 7h au point de départ du GR10. En rentrant dans ma chambre, j’ai cherché un bon podcast pour m’endormir. C’est l’aventure selon Vladimir Jankélévitch. (https://www.canal-u.tv/video/cpge_jean_zay/ l_aventure_selon_vladimir_jankelevitch_par_raphael_enthoven.42195). 

 

Par Aurélio Koskas 

 

 

Rechercher

×