Claire Laffut : "l'important ce n'est pas de plaire ou de rentrer dans un style, c'est d'être libre"

Jeune étoile montante, la jeune artiste belge Claire Laffut se dévoile tout en délicatesse dans son premier single, la vérité. Portrait.
04/05/2018

 

 

« Bonjour je m'appelle Claire Laffut, j'ai 23 ans, j'habite à Paris, je suis belge », c'est sur ces mots laconiques que débute Claire, hésitante face à la caméra, dans son premier clip la Verité.

 

 

De son propre aveu, c'est une référence à peine déguisée à son passé de mannequin : «le clip c'est une sorte de casting, j'en ai fait beaucoup en arrivant à Paris, j'ai trouvé ça hyper brutal et violent. (…) Je me suis dit je vais commencer le clip comme ça mais ce sera pour moi ». Avant de débuter sa carrière de chanteuse, Claire a eu plusieurs vies.

L'histoire débute dans un petit village belge où elle avoue que son enfance a été « plutôt calme et plutôt simple » et surtout que dès son plus jeune âge elle a baigné dans l'art, « mon adolescence c'était d'aller tous les jours à une activité différente, le lundi j'avais du piano, le mardi j'avais du solfège, le mercredi j'avais de la danse ; j'étais une fille très occupée après l'école ».

Elle s'est installée à Paris sur un coup de tête.  Après un chagrin d'amour, elle  décide de rendre visite à une amie et depuis elle n'a jamais quitté la cité de l'Amour. Paris est une révélation, « j'aimais bien la ville et je sentais que je pouvais m'exprimer et faire mes trucs. ».  A Paris, Claire est mannequin, peintre, directrice artistique, créatrice de tatouages éphémères. Mais alors pourquoi la musique ? La musique est pour elle comme une évidence, elle recoupe toutes les activités qu'elle a pu exercer, « l'écriture reste créative, c'est comme la peinture ». Pourtant sa rencontre avec la musique commence un peu par hasard, quand elle tombe amoureuse d'un batteur, « je crois que j'ai commencé la musique pour l'impressionner », avoue-t-elle malicieusement.

 

 

Une musique empreinte de vérité

 

Si l'amour imprègne le parcours de Claire Laffut, la vérité, qui est aussi le titre de son premier single, imprègne son oeuvre musicale et son rapport à la musique.

Ainsi elle confie : « la vérité c'est ma boussole, j'ai envie de faire des choses sincères et honnêtes ». Ainsi, c'est en écrivant ses textes en français qu'elle avoue être la plus à même d'écrire sur elle-même. Elle décrit son premier titre ainsi, « je ne prononce jamais le mot vérité, mais je parle de la vérité dans ses différents aspects ». Ce titre s'accompagne par ailleurs d'une identité visuelle forte, « le bleu c'est la couleur que j'ai associée à la vérité, le bleu c'est le pigment le plus difficile à obtenir, il est difficile à obtenir comme l'est un peu la vérité ». La sincérité c'est l'émotion que véhicule la voix délicate, presque nonchalante de Claire Laffut quand elle pose sur le son mélancolique de son premier titre. Quand elle parle de sa façon de composer, elle lie étroitement sa musique à la peinture et elle révèle que « chaque couleur est associée à une chanson ». Elle prévoit d'ailleurs, à la sortie de son album, une exposition liée aux chansons et aux peintures.

 

 

Claire Laffut bien plus qu'une jolie fille

 

Quand Claire parle de ses débuts dans la musique elle relève que, « c'est la première fois que je pouvais m'exprimer, me mettre à nu ». Quand on lui demande de parler de ses influences ou des personnes qui l'inspirent, elle évoque Sade et Chic pour « leur énergie très solaire »,  « des chanteuse à textes » comme Nina Simone mais elle parle également de Kali Uchis et Georgia Smith car « elle s'assument, elles ne sont pas là pour faire la belle ». Claire ne se voit pas uniquement comme un jolie visage qui chante et elle n'hésite pas à dénoncer les injonctions qu'imposent le monde de la Mode et de la Beauté. Quand on lui demande quels conseils elle pourrait donner aux Twentys qui la suivent, elle nous dit : « j'ai envie de parler aux jeunes,  de leur dire que l'important ce n'est pas de plaire ou de rentrer dans un style, c'est d'être libre ». Au final la musique de Claire Laffut est bien plus complexe qu'elle ne le laisse penser, à la première écoute, derrière sa moue boudeuse et ses gestes lascifs se cache une Vérité bien plus difficile à saisir. Quand on lui demande ce qu'on peut lui souhaiter pour la suite, elle répond spontanément, « d'être heureuse et de m'épanouir dans la création ». Deux choses qu'on lui souhaite bien-entendu et on  suivra avec la plus grande attention le début de son aventure musicale.

 

 

 

Par Jade Le Deley

Rechercher

×