Twenty crush : Marie Flore

Twenty a rencontré Marie Flore, jeune auteure, compositrice, interprète et multi instrumentiste de talent, à suivre de toute urgence.
02/10/2019

 

Est-ce que tu peux te présenter rapidement, pour nos lecteurs qui ne te connaitraient pas encore ?

Hello, moi c'est Marie-flore, je suis musicienne, je sors mon album en français le 18 Octobre qui s'appelle "Braquage" !

 

Tu es auteure, compositrice, interprète et multi instrumentiste…  C’est important, à ton avis, d’être autosuffisant quand on fait de la musique ? Tu voulais pouvoir être ton propre groupe ? 

Disons que ce qui m' amené à composer c'est que je voulais mettre en musique des textes que j'avais écrit, c'est par là que tout a commencé, j'ai appris la guitare et le piano en autodidacte afin de m'accompagner, alors ce n'est pas quelque chose de réfléchi, mais j'ai toujours voulu écrire et composer seule mes titres. Je pense que j'aurais beaucoup de mal à chanter des choses écrites par d'autres.

 

Tes inspirations vont des Velvet Underground à Damso… tu penses que c’est le propre de l’époque de tout mélanger ? Tu trouves qu’on est moins sectaires qu’autrefois ?

Je pense que les gens ou les artistes essaient toujours de nouvelles choses, ils évoluent, en tant que personne, et leur art avec. Du coup, il me semble naturel que dans une carrière, un artiste traverse des phases, puise des inspirations dans des genres différents. On a pas tout le temps envie d'écouter la même chose, ou même de produire le même genre de son. Je trouve ça bien que de plus en plus de groupes mélangent, explorent et n'aient pas peur de produire quelque chose d'hybride, au contraire, je trouve cela super.

 

 

Tout ou rien, c’est un manifeste contre le « ghosting » ?

Haha. Non, plutôt une mise en garde disons.

 

Tu penses que l’époque est encore sentimentale ? Toi, tu l’es ? Tu es pour le retour du « slow », par exemple ?

Je l'espère en tous les cas ! Je ne sais pas trop ce que c'est le "slow" ? Tu veux dire se faire la cour ? Prendre le temps ? Oui je suis assez pour ça, aussi, je suis une grande romantique et c'est vrai que les temps sont durs pour nous ;)

 

Comment aimerais-tu que les paroles de tes chansons raisonnent avec l’air du temps ?

Je ne sais pas trop. J'aimerais surtout qu'elles accompagnent les gens dans leurs vies, parce que pour moi c'est vraiment le rôle de la musique. J'ai 100 titres qui font la BO de ma vie, et je crois que ce qui me toucherait le plus serait qu'une chanson résonne dans l'histoire de vie de quelqu'un, plus qu'avec l'air du temps.

 

 

D’ailleurs,  c’est important, pour toi, d’être « de » et « dans » son époque quand on fait de la musique ou bien tu préfères composer des morceaux plus intemporels ? D'ailleurs, tu penses qu’on peut faire les deux à la fois ?

Haha. Pas simple ta question. En fait, je pense pas à cela quand j'écris du tout. Ce qui rend intemporel un titre, c'est si la chanson rencontre un public, son universalité. Et puis, le thème abordé, l'amour, c'est un sujet inépuisable qui peut être traité de manière moderne, mais perdurer. Après en tant que femme, oui c'est important d'être dans son époque, bien entendu. 

 

Quelle histoire as-tu voulu mettre en musique à travers cet album, "Braquage" ? Cette histoire, comment la raconterais-tu à un enfant ? D’ailleurs, ton album, on peut le faire écouter à un enfant ?

Braquage parle d'une histoire d'amour, un peu comme un patchwork de moments d'une relation. Cette histoire, je ne la raconterais pas à un enfant (rires). Le pauvre, il ne faudrait pas qu'il soit découragé par ce qu'il entend.

 

C’est quoi les conditions idéales pour l’écouter ? Seul dans son bain ? Dans une caisse avec des amis ? Avec l’homme de sa vie ? Un date Tinder ?

Haha. Ca vous me direz ! Le mieux c'est de l'essayer partout, non ?

 

Si tu devais braquer quelque chose, qu'est-ce que ce serait ?

Mmm.. J'irais bien braquer le musée de l'Orangerie (rires)

 

 

Par Carmen Bramly, écrivain

Rechercher

×